3/14/2007

julie a un nouveau travail #2

Suite à l’avalanche de commentaires générée par l’article précédent, il m’a semblé pertinent d’étayer un peu. Voici donc, après deux jours d’office, mes premières impressions sur mon nouvel emploi. Premièrement : c’est un travail qui rend complètement schizophrène, car nous sommes quatre, un garçon et trois filles, à nous partager une trentaine de prénoms de voyants et voyantes, ce qui donne lieux à un certain nombre de situations très embarrassantes. Il faut souvent rattraper une gaffe au pied levé, car il y a pas mal de clients qui appellent régulièrement et qui connaissent nos voix respectives... N’ayant pas de standardiste, nous prenons nous-mêmes tous les appels, et il faut alors déterminer sans se trahir à qui la personne veut parler, c’est-à-dire à quel collègue et sous quel prénom, sachant que c’est peut-être vous-même. Personnellement, j’ai résolu le problème en m’inventant une seconde voix, qui me sert à décrocher le téléphone. Ce qui est assez comique, puisqu’il m’arrive souvent de me passer à moi-même une personne, en changeant de voix. Le garçon qui travaille avec nous est parfois consulté par une même cliente sous différents prénoms, il arrive à soutenir une conversation d’une heure en prenant un accent russe, espagnol ou africain. Deuxièmement : c’est un travail qui ne demande aucune connaissance ésotérique, mais beaucoup de psychologie. En fait, c’est une sorte d’SOS amitié, à part que c’est nettement plus cher. Par exemple, une brave fille vous raconte longuement comment son fiancé la traite comme une m…, puis vous demande si c’est l’homme de sa vie. Alors vous lui dite que les cartes sont intraitables là-dessus , ce n’est pas lui, vous lui faites un peu la leçon sur le travail de revalorisation qu’elle doit faire sur elle-même, avec conseils de relooking à la clé, et vous lui prévoyez une belle rencontre pour la fin de l’année. Il arrive souvent que des gens rappellent après pour nous remercier (enfin, je dis nous, mais à moi, ça ne m’est pas encore arrivé). Troisièmement : le côté désagréable, ce sont les gens qui appellent totalement d’un autre monde (que le mien en tout cas). Ceux qui se font attaquer par des esprits, ceux qui ont le diable dans leur maison, ceux qui parlent avec des entités mystérieuses, ou parfois avec des dieux grecs. Ceux-là, il n’y a rien à dire, il faut juste les écouter parler, et les relancer de temps en temps en disant absolument n’importe quoi. J’avoue que cela me pose quelques problèmes de conscience, j’ai l’impression de donner mon aval à la folie des gens. Bref, pour le moment, je dois avouer que je ne suis pas très à l’aise dans ce nouveau rôle, j’attends de voir comment évolue la situation. À part ça, je peux quand même commencer à vous donner des consultations personnelles : Annick, je suis désolée mais je pense que l’électricien n’aura pas terminé demain (expérience personnelle : les travaux prennent toujours du retard). Pour Sandrine : oui, j’avoue, j’avais le choix entre ça et vendre des magazines pharmaceutiques par téléphone à une clientèle spécialisée, et j’ai pensé que la voyance ce serait plus rigolo (maintenant je n’en suis plus si sûre, mais tant pis). Et merci à mon papa pour ses encouragements, à Kro, Aurel, Tayeb et Kasimir pour leurs messages. (vous voyez bien que je suis voyante, j’arrive à deviner qui se cache derrière les anonymes…).

5 commentaires:

AUrel a dit…

Excellence totale... Option reportage vous aviez dit?...
A propos de ce portrait, moi je veux bien que tu me l'envoies...

alain b a dit…

As tu parlé des détails de ce job à Almodovar? Je suis sûr qu'il en ferait un argument de film (avec Rossy de Palma).

Sandrine a dit…

Ah, ça, j'avoue que l'annonce de ce travail-là avait fait naître "des coins dans mes sourires"... Mais le descriptif du jour a déclenché une franche rigolade ! Continue ma Yul, il n'y a que toi pour te sortir avec brio des situations les plus invraisemblables !

annick a dit…

et bien jolie julie, je l'ai déjà dis, je le répète .... on ne s'ennuie pas dans ton pays d'exil .... je te tire mon chapeau .... je ne saurai absolument pas répondre à ces genres de coup de fil ... je t'admire de faire cela .... je pense que l'expérience sera très très enrichissante .... bon courage à toi! et je pressens quelque jolies périodes de fous rires lorsque tu nous racontera - si tu le peux - des anecdotes plus que croustillantes ....
en ce qui me concerne, tu as raison .... la cuisine n'est pas encore branchée .... on aura 2-3 jours de retard .... si tout va bien!!
voili, voilou, bisous

annick a dit…

et bien jolie julie, je l'ai déjà diT ..... grrrrr quand on ne se relit pas ..... j'ai honte! pardon