2/03/2007

Granny

Et voilà, Granny s’en est allée aussi. J’ai perdu mes deux grand-mères cet hiver. Sur les photos, ce sont elles avec moi dans leurs bras. D’ailleurs, chercher ces deux photos m’en a fait retrouver un tas d’autres qui rendent nostalgiques de certaines époques, dont je vous ferai bientôt profiter.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

la nostalgie que vous éprouvez lors du "grand voyage ailleurs" de vos grand-mères, n'est que le reflet de votre grande sensibilité, et je vous souhaite de rester ainsi tout au long de votre vie!
Bon courage, La Sudiste.

annick a dit…

bonjour ma julie,

j'aurai presqu'envie de dire merci à grany .... elle a réussi le tour de force de nous rassembler tous (ou à peu près) autour d'elle et ces moments passés entre elle et vous m'ont fait le plus grand bien, même s'ils m'ont arrachée quelques larmes aussi!

j'espère que tu es bien rentrée et que ton voyage de retour a été meilleur que celui d'aller .... est-ce que nous aurons la chance de voir tes belles photos? est-ce que tu as une connexion internet rapide type adsl ou cable .... ou autre?

portes toi bien, jolie julie et @+ .... dimanche peut être!!!!

bisous

julimigree a dit…

Merci pour vos messages !
Ma connexion internet n'est pas terrible, vu que j'utilise celles des quelques aimables habitants du quartier qui n'ont pas mis de mot de passe à leur réseau WIFI.
Mais bientôt j'en aurai une bien à moi, et je pourrrai télécharger tes photos...
Bises

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je me lance. "presqu'envie de dire merci" moi aussi. Je crois que le souvenir de cette journée si pleine de chaud et pourtant si glacée laissera une empreinte profonde dans le registre de ma mémoire affective. C'est peut être cela la marque de la famille B., un coeur en fusion chaud et débordant dans une enveloppe de froideur, de rudesse, de légéreté parfois comme de l'insouciance ou du désintérêt. Comme s'il y avait un risque pour ce coeur à se répandre et se perdre si l'écorce s'ouvrait ou devenait pérméable.Je vous aime tous parce qu'en fait sans vous voir je vous reconnais et vous connais. Je me déteste parce que malgré cela et/ou à cause de cela, je ne vous vois pas. Cela a été mon froid et mon chaud tout au long de cette journée.
Julie, il faut beaucoup de courage pour faire tout ce que tu fais, mais je peux t'assurer de la richesse (peut être pas matérielle :))que tu vas en retirer.
Je t'embrasse
Eric

julimigree a dit…

Que répondre ?
Premièrement que je suis très contente de te lire ici.
Deuxièmement que je suis très touchée par tes propos.
Troisièmement que tu as faillis à la tradition B en ouvrant l'écorce... et c'est tant mieux.
Enfin que je suis surprise mais ravie de la portée de ce blog...
Plein de bises à Myliène et à tes filles.