10/06/2006

Julie cherche du travail #2 : La Star Académie

Donc, comme promis, le récit de mon passage à la Star Académie. Coup de téléphone, convocation pour un entretien, d’une entité qui se dit école de cinéma et maison de production. La petite annonce à laquelle j’avais répondu précisait que la personne devait correspondre au critère “présentation impeccable”. Avec Diane, nous tentons d’analyser le sens exact de cette expression. Nous en arrivons à la conclusion que cela signifie “chemise - pantalon repassé - brushing”. Je m'exécute et me rend sur place, et là, franchement, j’ai regretté de ne pas avoir apporté mon appareil photo. Il y a des spots bleus, des spots rouges, et on me fait patienter dans une salle d’attente dont les fauteuils alternent le zèbre, le léopard et les paillettes argentées. Ils y a plein de filles qui courent dans tous les sens, et à les examiner, je comprend que nous avons fait erreur sur le mot impeccable. En réalité, cela voulait dire : 1,80 m - bottes à talons - mini-jupe - bustier à paillettes. De toute façons je n’avais pas ça dans mon placard, surtout le 1,80 m. Le type qui me reçoit est un israélien, parlant impeccablement français, avec un beau costume, accompagné de son petit ami, israélien parlant impeccablement anglais. Il me parle exactement 3 minutes, ne me pose aucune question, puis termine l’entretien sur un : “On vous appellera”. Cette phrase typique d’un casting raté me fait sourire, je m’en vais sans illusions. Et ô surprise, le soir même, on m’appelle pour me demander de venir faire un essai le lendemain. Deuxième jour de brushing, me revoila à l’académie. Nous parlons horaires, bons horaires, salaire, bon salaire. On m’explique le travail, rien de compliqué, un peu de réception, un peu de facturation, mettre à jour les impayés, et faire signer les contrats aux élèves qui veulent s’inscrire. C’est là que je commence à comprendre comment fonctionne cette école, je vous explique : Les filles en mini-jupe qui ressemblent à des tops-modèles, ce sont les recruteuses, les bookeuses. Elles vont dans la rue avec pour consigne de repérer des jeunes de 14 à 18 ans et de leur proposer un rendez-vous pour un casting, totalement gratuit, en leur précisant que leur physique correspond aux besoins actuels de l’audiovisuel. À ce moment là, le jeune recruté est déjà super content, car les 3/4 des jeunes rêvent d’être repérés dans la rue pour être acteur ou chanteur. Donc la jeune recrue vient pour le casting, tout le monde ne passe pas cette étape, il faut improviser un monologue de deux minutes face à une caméra et tout le monde n’en est pas capable (moi par exemple, y aurait pas moy). Ceux qui réussissent sont convoqués pour un second casting, toujours gratuit, afin de confirmer leur talent. Autant vous dire que celui qui a passé les deux castings est déjà convaincu qu’il sera acteur. C’est là qu’on lui propose de s’inscrire à l’école pour la modique somme de 2000 euros, pour quatre mois de cours, à raison d’un cours pas semaine, payable sur 3 mois, c’est à dire 662 euros pas mois. Quand j’ai compris tout ça j’ai commencée à me sentir un peu mal derrière mon joli bureau. Mais le deuxième jour, ça a été pire. J’ai vu des jeunes prêts à mettre toutes leurs économies dans l’école. Et en fin de journée, cerise sur le gâteau, on m’envoie une mère et sa fille, cette dernière venant de réussir le second casting, et on me dit : voilà, tu vas faire signer ton premier contrat, on te laisse avec elle pour que tu lui explique tout. La dame ne connaissait même pas le prix du cours, et s’est exclamé “ô dios mio” quand j’ai commencé mon blabla. Elle m’a expliquée qu’elle était veuve, avec trois filles à charge, et qu’il lui était absolument impossible de payer cette somme, ni en une fois ni en trois fois. Moi j’avais déjà jeté l’éponge et je suis allée prévenir la commerciale que je ne ferais pas signer ce contrat. Elle a rappliqué en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, a baratiné la dame une demi-heure, l’a convaincue de faire un prêt à la banque, remboursable sur un an. - à combien se montent les intérêts ? - Ah ça madame, je ne sais pas, il faut le demander à la banque. - Mais je travaille tous les jours, impossible de me rendre à la banque - Envoyez votre fille ainée qui est majeure, elle fera le prêt en son nom et vous lui rendrez l’argent. Votre fille a fait un super casting, elle a du talent, ce serait vraiment dommage de pas en faire quelque chose. Et si vous ne donnez pas les 100 euros d’inscription tout de suite, nous ne pouvons pas lui réserver sa place (tu parle, il y avait trois classes à remplir). La dame a donné les 100 euros, bien entendus non remboursables, même si elle change d’avis une heure après. Donc voilà, moi, après tout ça, craquage, je vais voir le boss et je lui dit qu’il y a erreur, je ne suis pas la personne qu’il leur faut, que je reviens encore le jour suivant pour finir ce que j’ai commencé mais qu’après il ne faut plus conter sur moi. Il me répond d’y réfléchir calmement pendant la nuit et qu’on en parlera demain. Le lendemain, je viens à 10h30, car il y a un cours à 11h, et que je dois encaisser l’argent des parents d’élèves avant de permettre à leur progéniture de prendre leur première leçon. Pour la suite, il est important de préciser que la veille, on m’a demandé d’appeler tous les élèves un par un pour leur rappeler l’heure de leur cours, et dire à ceux qui doivent payer de ne pas oublier leur porte-monnaie (j’adore ce travail). Et là, coup de théâtre, le cameraman est là pour filmer le cour, le professeur est là (c’est un intervenant extérieur, un acteur-réalisateur de Barcelone), les élèves sont là avec leur parents, mais il n’y a personne à l’académie, et nous n’avons pas la clef. Aucun de nous n’a le numéro de portable des boss. Nous poirotons une heure sur le trottoir, les parents s’échauffent et crient au scandale, disent que pour ce prix là ce n’est vraiment pas sérieux, s’échangent leurs coordonnées pour faire une plainte groupée à une association de consommateurs, et s’en prennent au prof qui a vite fait de se déresponsabiliser en disant qu’il n’a rien à voir avec cette école. Au bout d’une heure, je m’en vais l’esprit libre, je pense bien en avoir fini avec cette académie. Deux heures plus tard, le boss m’appelle pour savoir si tout se passe bien. Je lui répond que tout se passe très mal, que le cours n’a pas eut lieu, et que ma décision est définitive, aurevoir. Il me rappelle une heure plus tard, il me dit qu’il vient d’arriver à l’académie et que le téléphone n’arrête pas de sonner, les parents mécontents commencent à le harceler ! Il me supplie de venir pour prendre le téléphone (il y a vraiment des gens qui ne doutent de rien), je refuse, il essaie même de me soudoyer avec de l’argent, mais bon, j’ai eut le sentiment que plus vite je m’éloignerais de ces gens là et mieux ça vaudrait pour moi. Et voilà, j’ai perdu deux jours et c’est reparti pour les petites annonces...

12 commentaires:

Anonyme a dit…

www.anpe.fr

julimigree a dit…

Y a des anonymes qui font les malins ici !

alain berlizon a dit…

A défaut d'un boulot, un feuilleton bien enlevé permet aussi de faire bouillir la marmite (et l'alimentaire s'intellectualisa).
Il y a peut être matière à créer un calendrier, avec douze parents en colère photographiés dans la tenue de neur choix (un pour chaque mois de l'année).

julimigree a dit…

Et on leur vendra le calendrier 200 euros pièces...

Anonyme a dit…

Au Consulat de France, il y a quelque fois des annonces de travail, mais je ne sais pas si on peut y déposer aussi son curriculum.
La Sudiste qui n'y croit pas beaucoup mais parfois le hasard...

julimigree a dit…

Oui, effectivement, ils ont quelques offres d'emploi qui sont en ligne sur leur site, en général ça concerne plutôt des postes auquels je ne peu point prétendre...
Dans le même genre il y a aussi le site des français expatriés, lepetitjournal.com, ils ont un peu plus d'offres. En tous cas ça fait plaisir de voir qu'il y a des gens qui s'intéressent à ma quète, merci beaucoup la sudiste !

Anonyme a dit…

Donc, on continue à chercher! Il y a aussi la possibilité de s'inscrire à la Camara de Comercio e Industria Francesa, voici l'adresse de la web : www.ccfbcn.es. Une fois la page ouverte, un clic à gauche dans la rubrique : service conseil en recrutement. Ça ne coûte pas beaucoup d'essayer n'est-ce pas?
La Sudiste qui vous souhaite un bon dimanche malgré les nuages :-)

julimigree a dit…

Ok, j'ai envoyé un formulaire d'inscription. Merci et bon dimanche !

Anonyme a dit…

Vous êtes inscrite à http://www.trabajos.com/? une de mes connaissances vient de recevoir cette offre de travail mais ça ne l'intéresse pas.
Si vous voulez essayer...







Secretaria-telefonista ( Gabinete de arbitraje técnico )

Perfil del candidato
Nivel de estudios: Licenciatura

Profesión2: Sin definir
Requisitos: Estabilidad emocional. Rigor y capacidad de trabajo.
Es deseable que pueda comunicarse en francés.
Experiencia mínima: 3-5 años
Edad: 26-35 años

Descripción de la oferta
País de referencia: España (Sólo currículos de candidatos residentes en este país)
Provincia de referencia: Barcelona
Población de referencia: Barcelona
Funciones: Atención al teléfono. Apertura de expedientes asociados a los encargos de trabajo. Seguimiento de expedientes. Revisión de informes que confeccionan los ingenieros/arquitectos. Control de gastos, caja y facturaciones.
Jornada laboral: Jornada completa
Tipo de Contrato: A convenir
Duración del contrato: 5 meses
Salario bruto anual: A convenir
Comisiones - incentivos: NO
Observaciones: Se trata de una suplencia de baja por maternidad. Posibilidad de continuar si no hay re-incorporación de la baja.
La Sudiste qui cherche.

julimigree a dit…

Merci, c'est très gentil !
Malheureusement, mon cas est un peu compliqué, car je cherche un travail en journée intensive du matin, suivant des cours l'après-midi. Et je n'ai malheureusement pas les 3-5 ans d'expérience requise sur ce genre de poste. Mais je vais jeter uin coup d'œuil sur le site...

Aurel a dit…

Quelle plume Mayulie...

renaud a dit…

coucou du nouveau colloc de ton ton frere et qui vient de lire un aperçu de tes aventures bien passionnantes d'ailleurs...
Je te souhaite bien du courage si tu veux devenir un jour une grande star du paysage audiovisuel espagnol si toutefois tu cherche encore quelques remunerations.
enfin bref c dure la vie.