10/04/2006

Julie cherche du travail #1

Et non, je n’ai pas disparu dans un trou noir, je suis juste en train d’éplucher les petites annonces du matin au soir, d’où mon peu de disponibilité pour vous raconter ma vie ces derniers temps. Il faut dire aussi qu’en photo, ça ne donnerait pas grand choses, moi en pyjamas avec un journal et une tasse de café. J’ai donc décidé de vous faire partager par écrit la vie d’une personne qui tend à entrer dans la vie active, avec ses joies, ses surprises, bref, toutes ces bonnes choses qui sont mon pain quotidien. Se lever avec enthousiasme le dimanche matin, car c’est le jour du cahier emploi de Lavanguardia. Toujours commencer la journée en consultant ses mails, en trouver 7 non lus dans la boîte, maudire le site aquarelle.com et sa promotion sur les fleurs, emagister et son offre de formation par correspondance, Alison Walis qui me propose du Viagra, tient, Magdalena m’invite à déjeuner, ma grand-mère va bien et vingt-deux personnes ont consulté mon blog cette semaine. Et puis toujours décrocher le téléphone, même quand on dors encore à 11h du matin, et faire tout son possible pour avoir la voix d’une personne sur le pied de guerre depuis l’aube. Toujours avoir une tenue propre à portée de main. Toujours avoir un plan de la ville et des tickets de métro dans son sac. Toujours avoir du crédit dans son portable. Bon, il faut quand même dire qu’il y a beaucoup de travail à Barcelone, ce n’est vraiment pas un problème d’en trouver un, le tout est de réunir le trio gagnant horaires-salaire-distance pour y aller, et ça, c’est une autre paire de manches. J’ai déjà refusé un poste de conseillère internet pour un site du genre photo-station, trop loin, trop peu payé, un autre de tenancière de café internet, pas assez intéressant et trop peu payé, et un type distributeur d’eau minérale qui me proposait de faire secrétaire, de démarcher de nouveaux clients et que de maquetter ses catalogues, dans un bureau de 2 m2, tout ça à mi-temps pour 300 euros par mois (!), alors celui là, je lui ai carrément dit : “ah ! ah ! ah !”. Sinon, il y a ceux qui m’ont refusée : - un avocat paraplégique qui avait commencé l’entretien en dessinant des patates sur une feuille de papier (alors lui, c’est le chef, comme ça, il a l’air super benêt, mais en fait il est très intelligent, lui, c’est son bras droit, et elle, là, sous le bras droit, c’est le cancer de l’entreprise, parce que le bras droit, il se la tire, alors elle en profite pour ne rien f...), bref, je n’ai pas eut le travail mais ai passé un moment divertissent. - un exportateur de vin espagnol et portugais, ça j’aurais bien aimé, le travail avait l’air super intéressant, mais il voulait une personne native espagnol, je l’ai convaincu que mon espagnol était parfait, alors il m’a demandé de rédiger une lettres en m’indiquant juste les grandes lignes. Heureusement pour moi, il y avait un correcteur d’orthographe sur l’ordinateur, mais je crois que mes formules de politesse improvisées n’ont pas eut l’effet escompté. - et bien d’autres pour diverses raisons (principalement mes horaires de cours, que j'essaie désespérément de changer, sans succès pour le moment, mais aussi trop jeune, trop vieille, ne parle pas le catalan...). La prochaine fois je vous raconte comment j’ai travaillé deux jours à la Star Académie.

4 commentaires:

alain berlizon a dit…

La star ac', c'est pas du boulot.
Cela ressemble plutôt à une galère qui s'enfonce dans un trou sans fonds, emmenant tout le monde avec.

julimigree a dit…

Moi, je ferais plutôt partie des rats qui quittent le navire !

Anonyme a dit…

Vous avez essayé de chercher du travail avec ce site?
http://www.infojobs.net/candidato_login.cfm
C'est l'entreprise de recherche de travail n'1 en Espagne.
La Sudiste pleine de bonne volonté.

julimigree a dit…

Et oui, suis déjà dessus, mais merci quand même votre aide !
En fait, le problème n'est pas trop de trouver du travail, ce serait plutôt de trouver LE travail...